home
home
teachers
monasteries
nepal
india
tibet
nunnery
sponsorship
about
photo gallery
teachings
publications
medical clinics
tibet projects
stupas for peace
tsering art school
shechen archives
Contributions
contacts
École d’Art Tséring
« Pour la préservation et la poursuite de l’art bouddhique authentique »
L’Institut Shéchèn des Arts traditionnels tibétains
L'Institut Shéchèn des Arts traditionnels tibétains, « l’école d'Art Tséring » a été construit sous la direction de Shéchèn Rabjam Rinpoché, avec le soutien du gouvernement hollandais ainsi que l’aide d’un donateur privé. Il est situé sur le terrain du monastère de Shéchèn au Népal. L’Institut a pour objectif de contribuer à la préservation et à la poursuite de l’art bouddhique authentique himalayen.

L’Institut abrite : l’école d’Art Tséring ( école de thangkas ), les archives Shéchèn, l’atelier du couturier, l’atelier de travail sur bois, l’atelier de sculpture d’argile, et la fabrique d’encens.

L’école de thangkas
L’école de thangkas fut mise sur pied par Shéchèn Rabjam Rinpoché en 1996 pour répondre aux besoins des jeunes artistes. Elle offre une formation approfondie et complète dans la plus pure tradition de la peinture sacrée bouddhique. Les thangkas sont des images peintes sur parchemins ou des illustrations sur tissus.

Auparavant, la principale forme de peinture au Tibet était l’art sacré bouddhique. Durant les années 1960, les arts traditionnels anciens ont subi des dommages irréparables durant le Révolution culturelle chinoise. À cette occasion, plus de 6 000 monastères et les œuvres d’art qu’ils contenaient ont été détruits. La dégénérescence des peintures traditionnelles bouddhiques de toute la région himalayenne s'ajoute à cette perte tragique et se continue encore aujourd'hui. Ceci est dû en grande partie à la commercialisation des thangkas fabriquées pour répondre à la demande touristique. Les gens qui les fabriquent n'ont pas la formation appropriée et produisent des thangkas de mauvaise qualité dont l’iconographie est incorrecte. Le résultat final en est que la signification sacrée et le but de cette précieuse forme d’art est très menacée de disparaître à jamais.

L'école a comme vocation de donner l’occasion aux jeunes gens de la région himalayenne et de l’étranger d’acquérir un savoir et une technique qui permettront à cette tradition sacrée de demeurer vivante dans le contexte d’une pratique bouddhique authentique.

Le Maître et la lignée
Le principal maître en peinture de l’école d’Art Tséring est Konchog Lhadrepa. Il est parmi les derniers détenteurs de l’école de peinture Karma Gadri, laquelle origine du Tibet oriental. Cette dernière est réputée pour la beauté de ses vastes paysages et accorde une grande attention aux détails et à la précision du texte.

Konchog est devenu un disciple de Dilgo Khyentsé Rinpoché à l’âge de 10 ans. De16 à 22 ans, il a servi Khyentsé Rinpoché à titre d'intendant personnel et de « chöpon » ( maître de rituels ). Lorsqu’il eut 17 ans, Khyentsé Rinpoché l’envoya auprès d’un maître renommé du nom de Lhadré Tragyel au monastère de Rumtek au Sikkim pour apprendre l’art de peindre des thangkas. Dilgo Khyentsé Rinpoché avait une préférence pour la peinture traditionnelle Karma Gadri et était préoccupé par la continuité de cette tradition. Il donna des instructions au maître en peinture d’enseigner à Konchog la tradition Karma Gadri entièrement et parfaitement. Lhadré Tragyel était un maître qui avait de la rigueur. Il ne favorisait personne. Konchog avança rapidement dans ses études et, après une période relativement courte, Lhadré Tragyel annonça à Khyentsé Rinpoché que Konchog avait complété ses études avec lui. Il déclara que de tous ses étudiants au Tibet et en Inde, Konchog était le plus talentueux et qu'à travers ses remarquables habiletés artistiques, il serait très utile au Dharma.

Depuis ce temps, Konchog a peint principalement pour Dilgo Khyentsé Rinpoché dont il était proche, ainsi que pour d’autres lamas éminents. L’essentiel de la vaste connaissance de Konchog a été acquis durant la période où il travaillait pour Khyentsé Rinpoché. Au fil des années, celui-ci lui donna de nombreux conseils sur les détails de l’iconographie. Un de ses plus grands projets a été de concevoir et de superviser les murales sur les murs du temple du monastère de Shéchèn au Népal, lesquelles ont pris plus de quatre ans avant d’être complétées. Pendant cinq ans, en suivant les instructions de Khyentsé Rinpoché, il a peint des thangkas et des temples en Europe.

La formation qu’a reçue Konchog, son talent et son expérience ont fait de lui un maître de peinture exceptionnellement qualifié.

La formation
Les étudiants en thangkas reçoivent une formation d’une durée de six ans sous la supervision de Konchog et de quelques moines. Le corps étudiant est composé de jeunes moines diplômés du monastère de Shéchèn ainsi que de moines et de laïcs hommes et femmes provenant des environs et de l’étranger. L’acceptation de nouveaux étudiants est limitée, permettant ainsi de dispenser la formation sur une base individuelle.

Étant donné le caractère sacré de cette forme d’art, ceux qui veulent étudier avec nous doivent avoir pris refuge dans le Bouddha, le Dharma et la Sangha et se considérer comme bouddhistes. Quelle que soit l'expérience acquise antérieurement, tous ceux qui étudient ici doivent suivre le programme et son déroulement conformément à cette tradition. Les étudiants doivent s'en remettre au maître en ce qui concerne l'évaluation de leurs progrès individuels.

Les étudiants apprennent d'abord les techniques de proportions et de dessin pour ensuite se familiariser avec l’utilisation des peintures et des couleurs. Ils travaillent sur des projets et apprennent à exécuter des iconographies plus détaillées. À mesure que les étudiants prennent de l’expérience, ils commencent à répondre aux commandes de thangkas. Durant la phase finale des études, les étudiants apprennent à dessiner et à peindre des mandalas ainsi qu’à écrire en écriture Lantsa.

Les frais de scolarité sont réduits au minimum afin d’assurer aux personnes de toutes provenances l’acquisition de ces techniques. Il peut y avoir des difficultés dues à la logistique et des restrictions sur les visas pour les étudiants étrangers qui veulent étudier durant un court laps de temps. Certaines formalités particulières peuvent cependant permettre exceptionnellement, aux étrangers qui le souhaitent, d'étudier ici sur une base temporaire.
Commandes de thangkas
Une thangka n’est pas une simple décoration ou une œuvre esthétique. C’est un moyen de s'imprégner des éléments essentiels du bouddhisme Vajrayana. Ces travaux artistiques sont des modèles sur lesquels un pratiquant peut réfléchir et méditer.

En méditant sur de tels objets, sous la supervision d’un maître qualifié, on peut entraîner son esprit et acquérir une compréhension de certains états de conscience qu’une image spécifique dépeint.

Les thangkas peuvent être commandées aussi pour obtenir une bonne santé, la prospérité ou une longue vie. Parfois, les thangkas sont utiles pour aider quelqu'un à recouvrer la santé, pour protéger une personne ou aider la renaissance de quelqu’un qui vient de mourir.

À l’école d’Art Tséring, les thangkas sont fabriquées pour répondre à la demande des clients. Chaque thangka est conçue de manière à répondre aux exigences particulières du donateur. Une recherche attentive et appropriée est effectuée dans les textes sacrés ou une consultation des lamas de lignées spécifiques sera entreprise.



Autres ateliers

Atelier de couture et de fabrication d'appliqués traditionnels tibétains
L’atelier de couture abrite des artisans qui fabriquent des costumes pour les rituels, des thangkas en brocart et beaucoup d’autres articles servant aux rituels ou comme décoration, que ce soit pour les monastères ou pour les particuliers.

Les artistes spécialisés dans les appliqués sont formés dans la fabrication des thangkas avec appliqués et broderies. Ces thangkas sont construites à partir de plusieurs morceaux coupés à la main ainsi que de pièces en soie et en brocart brodés.Ces ouvrages nécessitent plusieurs mois de travail avant d’être complétés. Ces artistes mettent en application leurs techniques pour raviver l’ancienne tradition des thangkas brodées, employant du fil de soie et des tissus faits à la main.

Sculpture sur bois
Un artisan expérimenté dans la sculpture sur bois travaille à la fabrication de masques pour les danses monastiques. Ces derniers sont ensuite peints par les étudiants de l’école de thangkas. Le sculpteur fabrique aussi de petites répliques de ces masques pour la décoration. Ces derniers et d’autres objets traditionnels peuvent être achetés ou peuvent être commandés directement à notre atelier. Une des spécialités de cet atelier est de fabriquer des tormas sculptées dans le bois, sous la supervision de Konchog. D’autres articles sont aussi disponibles :

Stoupas
Phourbas
Sok-par/ Zen-par
Masques
Murales Tashi dargye
Baguettes de tambour
Damarous
Brûle encens

Tormas
Les tormas sont fabriquées sur bois à la main par notre sculpteur et peintes par les étudiants. Elles sont fabriquées pour répondre aux commandes de nos clients et tiennent compte de leurs exigences.

Sculpture d’argile
Les Bhoutanais sont réputés pour l’excellence de leur tradition en ce qui concerne les sculptures d’argile. Le maître sculpteur de notre atelier est Lhundrup. Il a été formé durant de nombreuses années au Bhoutan sous la supervision des meilleurs maîtres. Il a maintenant rejoint notre groupe d’artisans en 2003 et répond aux différentes demandes formulées par les clients. Il ne peut accepter plus de cinq étudiants. Veuillez contacter l’école d’Art pour de plus amples informations.

L’encens Shéchèn
L’encens provenant de l’école d’Art Tséring est fabriqué pour le monastère de Shéchèn selon la formule utilisée au monastère Nyingma de Mindroling au Tibet central, lequel est reconnu pour la pureté de ses traditions. On avait l’habitude de dire que le parfum subtil de l’encens provenant de Mindroling pouvait même être perçu de l’extérieur du temple dans lequel il brûlait. Cet encens est fait de plus de 100 ingrédients. Il comprend principalement des plantes sauvages que l’on retrouve à haute altitude dans l’Himalaya, lesquelles sont choisies et traitées avec le plus grand soin. La fabrication de l’encens représente une des nombreuses facettes des arts sacrés du Tibet et en tant que tel mérite d’être préservée.

Trois qualités différentes d'encens servant aux offrandes peuvent être achetées ainsi que de l'encens spécifiquement utilisé pour la pratique du « Sur ». Enfin, on peut se procurer également une substance spéciale qui sert à remplir les statues et les stoupas appelés Zang-Druk ( Zang drug ).


Nouvelles de l’école d’Art Tséring

Le projet de peintures murales du temple à Bodhgaya en Inde est complété.

Au cours des quatre dernières années, le maître Konchog et quelques-uns des étudiants de l’école d’Art Tséring étaient à Bodhagaya pour peindre des murales représentant les douze épisodes de la vie du Bouddha sur les murs du temple du monastère de Shéchèn en Inde.

Ce magnifique travail fut terminé en février 2003. Nous espérons que les visiteurs de passage au monastère seront inspirés par ces images.

Graduation
La graduation des étudiants a eu lieu pour la première fois en 2001 et fut un événement marquant. En décembre 2003, les étudiants ont rejoint les derniers gradués au Népal lors d’une cérémonie d’offrande des certificats de Lhadré Lopon.

Nouvel atelier
Des classes de sculpture d’argile sont offertes ainsi que la possibilité d’en commander à notre nouvelle boutique. Un des plus célèbres sculpteurs du Bhoutan y enseigne.


Projets spéciaux

Un nouveau motif de parrainage
Aidez-nous à préserver la culture bouddhiste tibétaine et himalayenne en faisant un don
( fiscalement déductible aux Etats-Unis ) à l’école d’Art Tséring ou en parrainant un étudiant.

Parrainer un étudiant
La pension d’un étudiant coûte $400 US par année. L’argent de poche est en surplus. Nous cherchons des parrains uniquement pour les étudiant(e)s provenant de milieux économiquement défavorisés qui serait incapables autrement de payer leurs frais de scolarité. Les parrains recevront une thangka de la part de l’étudiant qu’ils auront soutenu.

Pour un externe l’aide demandée est de $100 US par année.

Information, produits et ventes
Pour de plus amples informations concernant l’école d’Art Tséring, l’Institut Shéchèn des Arts traditionnels tibétains, ou pour faire des demandes d’achat de tissus, de masques, d’encens ou des commandes de tangkas ou de tormas, veuillez contacter:

L’école d’art Tséring
Monastère de Shéchèn
Boîte postale 136, Baudha
Katmandou
Népal

Téléphone : 977-1-4496097
Fax : 977-1-4470215

Courriel : zorig@asia.com

Links:
www.himalayanart.org pour les images de thangkas en provenance des archives Shéchèn et bientôt de l’école d’Art Tséring.

www.hlf.org.np pour toute information concernant le projet d’une école de thangkas dans le district de Kavre par la Himalayan Light Foundation. Ce sont les maîtres de l’école d’Art Tséring qui dispenseront la formation.

www.interlog.com/~pema/arts.htm pour voir une statue peinte et la décoration d’un temple effectuée par Konchog et Lama Gyalpo en l’an 2000 au Canada.